Centre Eclore

L’ergothérapie

1. Définition générale :

L’ergothérapie s’adresse à toute personne en perte d’autonomie due à une anomalie congénitale, à une maladie physique ou psychique, à un accident ou au vieillissement.

Elle a pour objectif d’améliorer les capacités fonctionnelles physiques et mentales des personnes aux prises avec des difficultés entravant leurs activités quotidiennes par le biais d’activités significatives, qu’elles soient domestique, de travail, de loisirs, de jeux…

L’ergothérapie intervient tout au long du processus de rééducation, de réadaptation, et de réinsertion des personnes en situation de handicap. L’ergothérapeute crée les conditions et met en scène les situations dans lesquelles l’enfant acquerra, par son action propre, les compétences qui lui sont nécessaires. Sa spécificité tient dans l’approche thérapeutique particulière tournée vers la personne dans sa globalité plutôt que sur la maladie.



2. Les finalités, les buts et les objectifs de l’ergothérapie avec les enfants :

Les finalités de l’ergothérapeute peuvent s’exprimer de la manière suivante :

  • il tend à faciliter l’apprentissage des compétences (savoir-faire, savoir-agir) permettant à l’enfant d’agir sur lui-même et d’interagir avec son environnement ; 
  • ainsi, l’enfant acquiert les instruments nécessaires pour jouer son rôle, évoluer et réussir dans les divers groupes auxquels il participe ; 
  • l’ergothérapeute crée les conditions dans lesquelles l’enfant peut se développer, maintenir et rétablir ses compétences dans tous les domaines de son action ; 
  • le traitement contribue à éliminer les perturbations du développement et les détériorations ou la perte des fonctions nécessaires à agir. Il favorise la capacité de l’enfant à influencer sa vie et sa santé de sa propre initiative.

Les buts définissent les compétences visées dans les divers domaines d’action de l’enfant, et cela dans les trois domaines de son champ d’action :

  • le jeu et les loisirs ; 
  • les soins personnels ;
  • l’école.

Les objectifs cernent les capacités nécessaires pour atteindre un ou plusieurs buts. L’enfant doit être capable d’exécuter les différentes étapes de l’activité qui lui sont nécessaires, que ce soit s’habiller, écrire une dictée ou construire une tour de cubes. De plus, il doit maîtriser les composantes de l’activité qui se situent au plan moteur, sensoriel, cognitif, affectif et social, qui entravent également l’efficacité des performances.

 

 

En résumé, la finalité de la prise en charge
est de donner à l’enfant les moyens de
son autonomie scolaire, sociale, personnelle, environnementale.

 

Cela pour :

  • permettre à l’enfant d’être autonome dans ses activités quotidiennes (repas, les déplacements, l’habillage/déshabillage…) ; 
  • lui permettre d’explorer l’espace et d’agir efficacement sur son environnement ; 
  • en proposant des adaptations. Travail se faisant en collaboration avec la famille, l’enseignant si cela est pour l’école ; 
  • faciliter l’intégration de l’enfant dans le milieu scolaire ordinaire, ou spécialisé.

 

 

 

3. Processus d’intervention

 

  1. L’évaluation formative :
    • Recueil des données ; 
    • évaluation des capacités et incapacités de l’enfant ; 
    • synthèse évaluative. 
  2. Planification du traitement : 
    • Elaboration des objectifs, buts et finalité du traitement ; 
    • programme de la prise en charge (principes et technique de traitement, types d’activité). 
  3. Exécution du traitement : 
    • Choix des activités avec l’enfant si possible ; 
    • déroulement des séances.

 

Tout au long des séances, une observation continue de son évolution se fait afin d’ajuster le traitement au cours de la prise en charge.

Puis des évaluations sont faites régulièrement pour objectiver l’évolution de l’enfant.

 

4. Domaines d’évaluations et d’intervention

 

  • Adaptation de la préhension ; 
  • La coordination des membres supérieurs (coordination oculo-manuelle et bi-manuelle) ; 
  • Les perceptions proprioceptives et extéroceptives ; 
  • Les praxies constructives, idéomotrices et idéatoires ;
  • Les activités intellectuelles (compréhension des consignes, attention/concentration, mnésie, pensée) ; 
  • Les pré requis scolaires (geste graphomoteur, connaissance des couleurs, utilisation des ciseaux, compter, grandeur…) ; 
  • Comportement (volition, problèmes affectifs, conduites) ; 
  • La psychomotricité de l’enfant.